Aller au contenu principal
Il semble que vous utilisez Internet Explorer 11 ou une version antérieure. Ce site Web fonctionne mieux avec les navigateurs modernes tels que les dernières versions de Chrome, Firefox, Safari et Edge. Si vous continuez avec ce navigateur, vous pouvez vo

Les éditeurs prédateurs: Accueil

Définition

Les éditeurs prédateurs, entre autre de revues prédatrices (predatory journals and publishers), sont des entités qui priorisent leurs propres intérêts [financiers] au détriment de la science et sont caractérisées selon les éléments suivants :

  • Fournissent des informations fausses ou trompeuses en utilisant une identité contrefaite et de faux indicateurs d'impacts.
  • Ne respectent pas les meilleures pratiques éditoriales et de publication (ex. absence de révision par les pairs, demandent les droits d'auteur d'un article en libre accès).
  • Font preuve d'un manque de transparence en ne communiquant pas les processus décisionnels éditoriaux, les frais ou l'organisation de la révision par les pairs et l'identité des éditeurs et des membres des comités est impossible à vérifier. 
  • Utilisent des pratiques de sollicitations agressives et sans discernement, tel que l'envoi répété de courriels. [traduction libre adaptée]1

Comment les reconnaître ?


Éléments clés à retenir

Ces éditeurs développent de nouvelles techniques, comme le piratage d'articles et de revues (bootlegged and rebranded papers) ou l'usurpation d'identités, d'où l'importance de se tenir informer et de valider ses sources. Dans tous les cas, voici quelques éléments clés à garder en tête : 

  • Utiliser un outil permettant d'identifier les revues prédatrices
  • Se méfier des sollications élogieuses
  • Demander à vos collègues s'ils connaissent cet éditeur ou cette revue. En cas de doute, contacter votre bibliothécaire.
  • Évaluer le site Web de l'éditeur :
    • Est-ce que ces informations importantes sont faciles à trouver et à valider ? 
      • Coordonnées
      • Frais reliés au processus de publication
      • Politiques et processus de révision par les pairs
      • Identité et expertises des membres du comité éditorial 
    • Est-ce que la revue est indexée dans des banques de données fiables ?
    • Méfiez-vous de la promesse d'une publication rapide et d'un taux d'acceptation élevé
  • Ne pas se fier entièrement aux listes de revues légitimes et aux listes de revues prédatrices

Documents consultés

1. Grudniewicz, A., Moher, D., Cobey, K. D., Bryson, G. L., Cukier, S., Allen, K., Ardern, C., Balcom, L., Barros, T., Berger, M., Ciro, J. B., Cugusi, L., Donaldson, M. R., Egger, M., Graham, I. D., Hodgkinson, M., Khan, K. M., Mabizela, M., Manca, A., … Lalu, M. M. (2019). Predatory journals : No definition, no defence. Nature, 576(7786), 210‑212. https://doi.org/10.1038/d41586-019-03759-y

2. Promotion du développement des compétences informationnelles (PDCI). 2022. Éditeurs prédateurs : les reconnaître et s'en prémunirhttp://ptc.uquebec.ca/pdci/editeurs-predateurs (source de la vidéo et de l'image : CC BY-NC-SA 4.0)

3. Beall, J. (2017). What I learned from predatory publishers. Biochemia Medica27(2), 273‑278. https://doi.org/10.11613/BM.2017.029