Aller au contenu principal
Il semble que vous utilisez Internet Explorer 11 ou une version antérieure. Ce site Web fonctionne mieux avec les navigateurs modernes tels que les dernières versions de Chrome, Firefox, Safari et Edge. Si vous continuez avec ce navigateur, vous pouvez vo

Index cartographiques: Notions théoriques

Un index cartographique est un système de division et d'identification du territoire qui présente les limites d'une couverture de cartes en fonction de son échelle. L'échelle cartographique correspond au rapport entre la distance mesurée sur une carte et la distance réelle sur le terrain.  L'utilisation d'un index permet l’identification d’un numéro de feuillet cartographique pour un territoire bien précis. Au Québec, le système national de référence cartographique (SNRC) et le système québécois de référence cartographique (SQRC) sont les deux index cartographiques utilisés. Ces deux index sont complémentaires et hiérarchiques : le SQRC étant la continuité du SNRC. Bien que la notion d'index cartographique s'applique principalement aux cartes en format papier ou numérique, elle concerne également certains jeux de données géospatiales.

Index cartographiques et cartes

Les index cartographiques sont principalement utilisés pour la diffusion de cartes en format papier ou numérique. La superficie couverte et le niveau de détails varient en fonction de l'échelle : une carte à grande échelle couvrira une faible superficie et aura un niveau de détails élevé. L'exemple ci-dessous présente la zone couverte par les principales séries de cartes topographiques disponibles au Québec : 1 : 250 000, 1 : 100 000, 1 : 50 000 et 1 : 20 000. Les cartes correspondantes en format .pdf sont aussi disponibles au bas de la page.

Fond de carte satellitaire, © 2010 MDA Information Systems, USGS, NASA.

Index cartographiques et données géospatiales

Certains jeux de données géospatiales sont diffusés par découpages équivalents aux index cartographiques. Dans la plupart des cas, il s'agit de données plus anciennes, par exemple l'Inventaire des terres du Canada (ITC), la Base nationale de données topographiques (BNDT) ou des modèles numériques d'altitude (MNA). Dans ces cas, l’échelle mentionnée, par exemple 1 : 20 000, provient de l’échelle de l’index cartographique utilisé pour le découpage. Elle donne par le fait même une bonne indication de l'échelle optimale d'utilisation de ces données.

La diffusion par découpage a longtemps été utilisée parce que le stockage des volumineuses données géospatiales posait problème. Découper les jeux de données étant la solution la plus simple pour leur utilisation et leur diffusion. Cette solution apporte toutefois son lot d'inconvénients. Par exemple, travailler avec des données détaillées sur une grande superficie impliquait la manipulation de plusieurs fichiers. De nos jours, la taille des jeux de données géospatiales n'est généralement plus un problème et la diffusion se fait maintenant selon un découpage plus cohérent, par exemple par province ou bassin hydrographique. Il reste toutefois quelques exceptions. C’est le cas des orthophotos et des données lidar, dont la taille impose encore une diffusion par feuillets cartographiques ou par tuiles.